Sud-Kivu : le consortium RENAF-CDH-AETA accuse les sociétés minières d'utiliser les enfants dans les mines

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur print
Imprimer

Le consortium regroupant les Asbl Renaissance Africaine (RENAF), Institut Congolais des Droits de l’Homme( CDH) et Agir pour des Elections Transparentes et Apaisées (AETA) a plaidé pour l’ouverture urgemment d’une enquête sur les personnes responsables des violations des droits des enfants dans les mines leur traduction en justice, l’enregistrement des enfants exploités, l’identification de leurs employés et cela conformément aux dispositions de la Convention relative aux droits de l’enfant de 1989.


Le consortium qui a fait un plaidoyer dans un document intitulé : «  les droits des enfants violés dans les mines au Sud-Kivu » dont une copie est parvenue mercredi 19 février à Ouragan FM, a fustigé les conditions de travail des enfants dans les mines dans les territoires de Kabare, Kalehe, Walungu et Mwenga.

Selon cette structure, les enfants travaillent dans les mines dans des conditions très atroces. Ils creusent de 200 à 300 mètres de profondeur moyennant 1 à 2 dollars américains et sont exposés au risque d’asphyxie, d’éboulement et autres accidents mortels.

Ces enfants sont exploités comme main d’œuvre et aussi soumis au trafic de prostitution en vue de satisfaire les besoins sexuels des cresseurs.

Le consortium a, par ailleurs, pointé du doigt les compagnies extractives de l’or et de cobalt qui utilisent dans leurs différents sites miniers des enfants âgés de 7 ans pour extraire ces minerais à main ou avec des outils rudimentaires.

Il souligne que malgré tous les engagements souscrits par la RDC, un fossé profond existe entre les conventions internationales , le droit national et ce que les enfants vivent au quotidien.

A cela s’ajoute aussi l’instauration de la gratuité de l’enseignement de base où certains enfants de la province ne fréquentent pas l’école et sont utilisés dans les mines à des fins économiques.

Par rapport à cette situation déplorable, le consortium RENAF-CDH-AETA a formulé plusieurs recommandations auprès du gouvernement congolais, des organisations locales et nationales ainsi qu’à la société civile.

En effet, à l’attention des institutions nationales et provinciales, des organisations locales et nationales, il leur est demandé de venir en aide à tous les enfants en situation difficile dans les mines sur toute l’étendue de la province.

Au gouvernement, de soutenir, appuyer et formaliser le secteur minier; faire respecter la loi en matière d’accès à l’emploi ( âge minimum) et obliger les opérateurs miniers à ne plus exploiter les enfants; prendre des mesures appropriées d’appui aux communautés locales en vue d’un développement économique et social durable; s’assurer que tous les éléments des FARDC ne sont plus impliqués dans l’exploitation minière ; renforcer la capacité d’intervention de l’administration minière et la police spéciale de la protection de l’enfance; appuyer les organisations de la société civile en s’occupant de la prévention et de l’encadrement des enfants.

A l’Assemblée provinciale, le consortium recommande de voter des lois (édits) renforçant la protection de l’enfance dans le secteur minier; de prendre immédiatement des mesures efficaces pour interdire et éliminer de toute urgence les pires formes de travail des enfants dans les mines; d’ instituer le principe de la responsabilité des opérateurs miniers pour les dommages causés à la société par les travaux auxquels ils soumettent les enfants dans le cadre des activités minières; d’encourager les organisations internationales et celles sous régionales à s’investir davantage dans la recherche de solutions aux problèmes relatifs aux conditions de travail, au travail des enfants et à la sécurité; de formuler et mettre en oeuvre des stratégies visant à protéger les enfants contre l’exploitation économique et tout travail dangereux ou nuisible à leur éducation ou à leur santé ou encore de nature à entraver leur épanouissement physique, mental, spirituel, moral ou social;

S’agissant de la société civile, l’organisation l’appelle à s’impliquer de manière efficace dans les actions visant la responsabilisation des communautés locales environnant les sites miniers en vue de déclencher une prise de conscience collective sur les risques encourus par les enfants et la société lorsqu’ils sont exploités dans les mines; à dénoncer publiquement les violations des droits des enfants commises par les opérateurs miniers dans l’exploitation minière ; à étendre le contrôle dans les zones minières en vue de s’assurer du respect de l’âge minimum à l’accès à l’emploi ; à s’impliquer efficacement dans la lutte contre les pires formes de travail de l’enfant, à faciliter la réadaptation et l’intégration sociale des enfants libérés des pires formes de travail, notamment en leur assurant une éducation gratuite de base et dans la mesure du possible une formation processionnelle.

Alexis Emba

Sondage politique

Faut-il investir les trois nouveaux juges de la Cour constitutionnelle sans le Parlement ?
Votez

Partager

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Sondage politique

La Newsletter d'Ouragan FM

Recevez du lundi au samedi à 12h une sélection toute fraîche à lire ou à écouter.
En cliquant sur « je m’abonne », j’accepte que les données recueillies par Ouragan FM soient destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d'informations relatifs aux programmes.

La Newsletter d'Ouragan FM

Recevez du lundi au samedi à 12h une sélection toute fraîche à lire ou à écouter.
En cliquant sur « je m’abonne », j’accepte que les données recueillies par Ouragan FM soient destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d'informations relatifs aux programmes.
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur print
Imprimer

Sondage politique

La Newsletter d'Ouragan FM

Recevez du lundi au samedi à 12h une sélection toute fraîche à lire ou à écouter.
En cliquant sur « je m’abonne », j’accepte que les données recueillies par Ouragan FM soient destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d'informations relatifs aux programmes.
Dernières actualités