Liberté de la presse piétinée : le journaliste Edmond Izuba arrêté comme un vulgaire

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur print
Imprimer
Psx 20201028 130843

Dans un Etat de droit, la justice cherche à étouffer la presse. Paradoxe. Mieux à la museler pour protéger les plus forts.

A la moindre dénonciation, le journaliste est présenté comme un coupable. Il est arrêté comme un vulgaire. Le cas de notre confrère Edmond Izuba indigne. Le patron du média en ligne, Objectif-infos été amené au parquet de la Gombe, indique sa femme.

Les agents du parquet l’ont happé comme un voleur, s’indignent les habitants de son quartier qui ont vécu la scène. Aucun motif ne lui a été signifié. Les exécutants se sont limités à dire que les motifs lui seront communiqués sur place. Les tares de la justice aux ordres demeurent.


‘Peut-on amener quelqu’un sans une convocation préalable ». Edmond Izuba est un journaliste professionnel qui fait toujours la différence entre son travail et ses convictions professionnelles. Dans ses papiers, il y a toujours l’équilibre de l’information.

Énième dérive de la justice congolaise qui démontre au grand jour qu’elle est au service des forces obscures qui sont déterminées à écraser la presse. On peut tout détruire sauf la vérité.

Quelques soient les motifs de cette arrestation arbitraire, la presse ne se laissera jamais piétiner, a prévenu un défenseur de protection des droits des journalistes.

kokolo jean

Sondage politique

Faut-il investir les trois nouveaux juges de la Cour constitutionnelle sans le Parlement ?
Votez

Partager

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Sondage politique

La Newsletter d'Ouragan FM

Recevez du lundi au samedi à 12h une sélection toute fraîche à lire ou à écouter.
En cliquant sur « je m’abonne », j’accepte que les données recueillies par Ouragan FM soient destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d'informations relatifs aux programmes.

La Newsletter d'Ouragan FM

Recevez du lundi au samedi à 12h une sélection toute fraîche à lire ou à écouter.
En cliquant sur « je m’abonne », j’accepte que les données recueillies par Ouragan FM soient destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d'informations relatifs aux programmes.