Stade des Martyrs : les inspecteurs de la CAF bientôt à Kinshasa

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur print
Imprimer
Stade Des Marthyrs Rtm

L’épée de Damoclès reste toujours suspendue au dessus de la tête de la République démocratique du Congo. La Confédération africaine de football (CAF) ne transige pas. L’instance dirigeante du football africain signe et persiste que tous les stades censés accueillir les matchs internationaux, doivent impérativement être au standard international.

Le stade des Martyrs de Kinshasa est désormais dans le collimateur de la CAF. Les inspecteurs sont annoncés à Kinshasa afin de vérifier si les travaux se déroulent effectivement au stade des Martyrs, selon les recommandations exigées.

Mardi devant un parterre de journalistes, Constant Omari, président de la FECOFA a commenté le courrier de la CAF envoyé à la Fédération pour annoncer cette mission d’inspection.

A en croire le patron du football congolais, la CAF a autorisé l’organisation du match des Léopards seniors messieurs A de ce 14 novembre 2020 au stade des Martyrs, sachant que les travaux de rénovation sont en cours. A l’occasion de ce match, les inspecteurs de la CAF vont se rendre compte de l’évolution des travaux.

A cette occasion, le président de la FECOFA a précisé que c’est la dernière chance accordée à la RDC pour rendre viable le stade des Martyrs.

A défaut de se conformer, a-t-il prévenu, l’organe faitier du football africain va fermer, sans autre forme de procès, le grand temple du football congolais aux compétitions internationales.

Avec une expérience de 14 ans comme inspecteur de la CAF, M. Omari a rappelé que le stade est très vétuste, à l’instar des stades européens des années 1930.

Parmi les nombreux reproches que la CAF formule à cette infrastructure, on peut énumérer quelques uns.

  1. La mauvaise qualité de l’aire de jeu

La pelouse synthétique posée sur l’aire de jeu du stade des Martyrs ne répond plus aux normes exigées. Prévue pour huit ans, cette pelouse synthétique est veille de douze (12) ans. Elle est donc en dépassement de quatre ans par rapport à la date de son renouvellement. Les joueurs en sont les premières victimes. La chaleur que dégage cette pelouse archaïque empêche aux athlètes de développer convenablement le jeu.

Ingénieur de formation et inspecteur honoraire de la CAF, Constant Omari a renseigné qu’à ce sujet, pour être éligible aux compétitions internationales, l’aire de jeu du stade des Martyrs doit être couverte au minimum par une pelouse hybride.

  1. La lumière est insuffisante

L’autre difficulté que rencontre le stade des Martyrs, c’est l’insuffisance de la lumière. Les matchs programmés en nocturne dans cette infrastructure connaissent ce problème. La lumière est loin en deçà du minimum recommandé en la matière.

3. La tribune de presse est inexistante

Un éternel chantier, le stade des Martyrs est depuis toujours sans tribune de presse. Les professionnels des médias travaillent dans des très mauvaises conditions. Pour la CAF, l’existence de ce bureau des journalistes équipé de la connexion internet et des meubles de bureau est plus qu’une nécessité.

  1. Le manque d’assises

Tous les spectateurs du stade des Martyrs n’ont pas accès au même confort. La majorité suit les matchs à même le béton. La CAF exige la pause des chaises partout.

  1. Les vestiaires incompatibles

Les vestiaires du stade des Martyrs ne l’étaient que de nom. Grâce au premier financement de l’État, les travaux de rénovation des vestiaires avaient déjà débuté. Avec l’arrivée annoncée des matériels de construction importés de la Turquie, ce problème est en voie d’être résolu.

L’insalubrité liée au manque et à l’absence d’entretien des toilettes pour spectateurs s’ajoute également aux nombreux défis à relever pour voir ce stade répondre aux exigences de la CAF.

Par ailleurs, le président de la FECOFA a exprimé sa gratitude au chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo pour s’être impliqué dans le dossier du centre Kurara Mpova de Kinkole.

« Je voudrais que le chef de l’État trouve l’expression de notre gratitude, puisque le dossier n’était pas facile », a-t-il lâché en précisant que grâce à l’implication personnelle du président de la République, la FECOFA sera rétablie dans ses droits au détriment de ceux qui comptaient bénéficier de la spoliation de cet espace.

Charles Masudi

Sondage politique

Faut-il investir les trois nouveaux juges de la Cour constitutionnelle sans le Parlement ?
Votez

Partager

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Sondage politique

La Newsletter d'Ouragan FM

Recevez du lundi au samedi à 12h une sélection toute fraîche à lire ou à écouter.
En cliquant sur « je m’abonne », j’accepte que les données recueillies par Ouragan FM soient destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d'informations relatifs aux programmes.

La Newsletter d'Ouragan FM

Recevez du lundi au samedi à 12h une sélection toute fraîche à lire ou à écouter.
En cliquant sur « je m’abonne », j’accepte que les données recueillies par Ouragan FM soient destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d'informations relatifs aux programmes.