[Tribune]- L’Accord Félix Tshisekedi et Joseph Kabila (Moïse Moni Della Idi)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur print
Imprimer
Moni Della

Parlons-en de ce fameux, curieux, superstitieux et mystérieux accord qui a été signé entre Félix TSHISEKEDI et Joseph Kabila et qui défraie actuellement la chronique. Je ne suis pas loin de penser à son existence.

Du moment où Félix Tshisekedi déclare orbus et torbis qu’aucun accord ne peut être au dessous des intérêts du peuple… et que le salut du peuple est la loi suprême, cela veut tout simplement dire qu’aucun accord privé ne peut-être au-dessus de la Constitution. 

Au regard de l’évolution politique actuelle, il est évident de déduire que celui-ci est à l’agonie et sa mort clinique devient certaine. D’aucuns disent déjà que cet accord est caduque, nul et non 
avenu.

En sus, le président de la République demande la mise en place d’une union sacrée pour s’atteler à résoudre les problèmes du peuple, c’est une déclaration forte, qui correspond à ce que j’ai l’habitude de qualifier : la politique de conscience et non de connivence moins 
encore de convenance.

En un mot, c’est la politique des valeurs au profit du souverain primaire. Cette conception de la politique correspond à ce que dit Aristote : «que la politique n’a de sens, de consistance et de substance que si et seulement si elle œuvre pour l’intérêt général.

Lorsque le président de la République est à la recherche du large consensus pour une union sacrée (une équipe nationale, un Léopard), une telle vision correspond à ma définition arithmétique de la politique qui s’est inspirée de Sarkozy qui avait dit que : «la politique c’est l’addition». 

Pour ma part, la politique est non seulement l’addition mais aussi la multiplication 
et non la division ou la soustraction. Lorsqu’il y a péril dans la demeure, tous les fils et filles, toutes tendances et sensibilités politiques et confessionnelles… confondues doivent se mettre ensemble pour sauver le pays.

Le Général DEGAULLE l’eut fait en France avant et après la guerre mondiale de 1940-1945. Il lança l’appel de Brazzaville, de Londres et enfin de Paris à tous les Français de tous les 
horizons politiques de le rejoindre, ce qui fut fait et la France fut sauvée.

Aujourd’hui, le fait que le président Félix Tshisekedi, chef de l’Etat met au centre de ses préoccupations, l’intérêt supérieur du peuple au détriment des intérêts partisans, c’est un 
mea-culpa, un désaveu qui mérite félicitations, compréhension, réconciliation, 
reconfiguration et requalification. 

Malgré tout ce qui nous a jusque là opposé et divisé, nous avons l’obligation patriotique et politique de nous mettre ensemble. Ne dit-on pas que l’erreur et humaine que persévérer dans le mal, c’est diabolique ? Vaut mieux tard que jamais ! Qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire ?

La bible dit : «qu’un royaume désunie ne peut pas gagner une guerre, il est voué à la 
destruction et à sa déchéance». 

Et le Coran aborde dans le même sens lorsqu’il dit que 
«Dieu a créé les différentes races pas pour se diviser mais pour se connaitre et se mettre 
ensemble»… . Par cette déclaration, le président de la République a fait là une amende honorable, devant 
Dieu, la nation, le peuple et l’histoire. 

La sagesse de BAKUSU dans la province de Maniema, territoire de Kibombo nous apprend que lors qu’un enfant brûle une maison, pour le punir, on ne le jette pas au feu afin qu’il soit consumé avec la maison, mais on le sort et on 
le protège loin du feu. C’est après qu’on va lui prodiguer des précieux conseils.

Tous les patriotes doivent soutenir cette démarche courageuse et périlleuse entreprise par le chef de l’Etat pour débloquer le blocage et permettre le décollage du pays et cela au risque même de sa vie.

C’est dans cet esprit que j’avais préconisé au lendemain des résultats tronqués, extorqués et chaotiques des élections de 2018, la mise en place d’une commission justice, vérité, réconciliation et paix (JUREVEPA). In tempore non suspecto, comme quoi, on ne peut pas me soupçonner de le dire maintenant au regard de la météo politique du moment.

Que Dieu bénisse le Congo !

Moïse Moni DELLA IDI

Porte parole du peuple

Sondage politique

Faut-il investir les trois nouveaux juges de la Cour constitutionnelle sans le Parlement ?
Votez

Partager

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Sondage politique

La Newsletter d'Ouragan FM

Recevez du lundi au samedi à 12h une sélection toute fraîche à lire ou à écouter.
En cliquant sur « je m’abonne », j’accepte que les données recueillies par Ouragan FM soient destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d'informations relatifs aux programmes.

La Newsletter d'Ouragan FM

Recevez du lundi au samedi à 12h une sélection toute fraîche à lire ou à écouter.
En cliquant sur « je m’abonne », j’accepte que les données recueillies par Ouragan FM soient destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d'informations relatifs aux programmes.
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur print
Imprimer
Moni Della

Sondage politique

La Newsletter d'Ouragan FM

Recevez du lundi au samedi à 12h une sélection toute fraîche à lire ou à écouter.
En cliquant sur « je m’abonne », j’accepte que les données recueillies par Ouragan FM soient destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d'informations relatifs aux programmes.
Dernières actualités